Véhicules électriques, que deviennent les batteries recyclées ?

Tendance - Article publié le par  (22/10/2015)




PUBLI-INFORMATION

Véhicules électriques, que deviennent les batteries recyclées ?

Alors que les spécialistes comme la SNAM se préparent doucement à l’arrivée de plus en plus importante de batteries hors d’usage et de VHU électriques comme évoqué dans cet article, il peut être intéressant de voir ce qu’il advient des premières générations de véhicules arrivant en fin de cycle de vie une fois qu'elles sont retirées de la circulation. Entre valorisation et réutilisation, voici comment sont recyclées ces batteries dont le prix reste encore très élevé.

Un changement qui a un certain coût

Comme tout composant, les batteries, aussi bien des véhicules 100 % électriques que des nombreux modèles hybrides souffrent de l’usure du temps et perdent progressivement en capacité de charge. Si leur espérance de vie est tout de même longue puisqu’estimée à une dizaine d’année, il s’agit d’un paramètre à prendre en compte lors de l’achat de véhicules neufs mais aussi d’occasion. Ceux-ci s’avèrent être de plus en plus nombreux sur les sites de vente comme celui-ci. Cette durée de vie peut également varier selon le nombre de kilomètres ou la fréquence des cycles de charges. Ce sont des critères supplémentaires auxquels il faut prêter une attention particulière mais qui pourraient rendre une belle occasion beaucoup moins intéressante lorsque l'on voit les prix annoncés pour une batterie neuve !

En effet, bien que l’autonomie progresse de façon impressionnante au fil des nouveaux modèles, le prix des batteries utilisées a lui bien du mal à baisser. Ainsi, Nissan propose par exemple le remplacement sur les Leaf pour pas moins de 4 000 €, soit un budget conséquent ! La location du module de batterie proposée par certains constructeurs devient alors intéressante et permet d’avoir une batterie toujours performante, remplacée en général quand elle arrive à 80 % de sa capacité d’origine.

Entre recyclage et réutilisation

Alors que deviennent ces batteries déclarées hors d’usage ? Tout dépend de la technologie de celles-ci actuellement. La plupart finissent dans l’entreprise Aveyronnaise SNAM, leader du secteur du recyclage de batterie électrique, où elles seront démontées et valorisées. On retire alors les métaux et les différents composants qui peuvent être recyclés ou réutilisés. Il est ainsi possible de récupérer plus de 80 % des batteries à l’heure actuelle, ce qui est bien au-delà du seuil de 50 % imposé par l’Union Européenne.

Les batteries Lithium-ion, dont la valorisation est plus difficile et plus coûteuse, connaissent un autre sort. Elles sont généralement remises à neuf et reconditionnées ou servent à un tout autre but : le stockage stationnaire d’énergie comme l’explique cet article. Encore très performantes avec 75 à 80 % de leur capacité d’origine, elles trouvent donc une seconde vie en équipant les systèmes de maisons et d’entreprises ou pour stocker l’énergie produite à l’aide de panneaux solaire et d’éoliennes.

Des solutions plus efficaces et moins polluantes en cours de création

Cependant, sur le long terme, ces batteries au lithium devraient être remplacées par des technologies en cours de développement, plus efficaces, moins polluantes et également moins coûteuses ! Ainsi, des chercheurs travaillent à l’amélioration de méthodes connues et souhaitent remplacer le Lithium, élément plutôt rare, par des éléments plus communs comme le potassium et le sodium.

Ces technologies pourraient non seulement proposer une alternative plus écologique, certaines méthodes valorisant des déchets pour en faire des électrodes, mais seraient également susceptibles de faire baisser le coût global de ces batteries et ainsi des véhicules neufs. Le Monde soulignait justement ici-même qu’il s’agissait d’un des facteurs clés pour voir la voiture électrique se populariser au maximum et permettre l’incroyable développement du secteur tant attendu par les constructeurs.