Deux sondages sur le réemploi

Brève - Article publié le par  (09/3/2017)




Le décret réemploi motive les sondeurs. Deux sondages pilotés par Carécco laissent augurer d’un bel avenir auprès des professionnels comme des particuliers.

Deux sondages concomitents, presque complémentaires, sont sortis en ce début d’année. Signe des temps.

 

-          86% des automobilistes seraient prêts à acheter des éléments de carrosserie (pare-chocs, portière, aile…) et des éléments extérieurs (phare, rétroviseur…) d’occasion.  Suivent les accessoires (77%) et les pièces d’habitacle (75%). Le sondage révèle que les pièces non soumises à l’usure, et assez onéreuses, intéressent davantage les automobilistes comparativement aux éléments mécaniques (64%) et au vitrage (60%).

-          52% jugent que la fiabilité représente le principal frein à l’achat d’une pièce de réemploi. Suivent la qualité (35%), l’écart de prix avec le neuf (34%), l’indisponibilité des pièces (33%) et le manque d’information (27%).

-          39% déclarent consacrer un budget annuel compris entre 300 et 500 € pour l’entretien/la réparation de leur véhicule, 21% entre 500 et 700 € et 20% moins de 300 €. Pour rappel, le budget moyen d’entretien/réparation représente près de 700€ par an, soit un quart du budget des automobilistes.

-          1 patron de garage sur 4 n’est pas informé sur cette obligation. Les carrossiers sont à 85 % informés ; les agents  à 79 %; les MRA à 32 %.

-          68 % des patrons de garage considèrent cette loi comme une bonne initiative écologique, et les agents à 57 %.

-          52 % des professionnels estime qu’elle n’est pas une bonne initiative économique.

-          50 % estime que cette loi ne représente aucun bénéfice pour leur affaire,

-          19 % voit l’opportunité de donner une image positive de leur atelier et 13% d’accroitre le volume d’affaires.